Sisowath - 24 avril 1904 – 9 août 1927

dimanche 6 juin 2021

Preah Bat Sisowath
Né en 1840 à Oudong, comme beaucoup de princes cambodgiens de l’époque, Sisowath passe une partie de sa jeunesse à Bangkok.
En 1860, alors que la lutte entre ses deux demi frères Norodom et Si Votha fait rage et que le premier nommé doit fuir au Siam et que le second prend le maquis, il décide de rester à Phnom Penh. La querelle se termine par le retour sur le trône de Norodom et l’exil de Sisowath à Bangkok.
En 1865, il décide de rejoindre Saïgon et de se mettre sous la protection des Français.
En 1867, il participe aux côtés de ses nouveaux protecteurs à la lutte contre l’insurrection de Po Kombo ; en récompense, le gouverneur de Cochinchine fait pression sur son demi-frère pour qu’il puisse rentrer au Cambodge.
En 1885-1886, de nouvelles émeutes éclatent, durant lesquelles Sisowath participera personnellement à la répression, ce qui ne fera qu’accroître son crédit auprès des Français et la suspicion de Norodom. À plusieurs reprises, quand le monarque se montre réticent à appliquer les réformes voulues par les protecteurs, ceux-ci menacent de le déposer au profit de son demi-frère. Aussi, quand le roi décède, le 25 avril 1904, les Français font pression pour que tout naturellement Sisowath accède au trône. Après les relations tumultueuses entre Norodom et les autorités coloniales, le nouveau règne fut marqué par une relative harmonie entre la cour et les représentants du protectorat.


En savoir plus

Notre sélection

  • Sisowath - 24 avril 1904 – 9 août 1927

Vos rendez-vous

<<

2022

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Pour Vous

A lire 145 pages. Couadou, Serra, Imbert, Deux éditeurs, un photographe,


Nous contacter

Achetons cartes, photos, album
Un clic, pour proposer

C’est Ici

La vie de Cartacaro.fr

Dernière mise à jour

jeudi 18 août 2022

Publication

966 Articles
71 Albums photo

Visites

2 visiteurs actuellement connectés